Kopi Luwak, le café le plus rare au monde.

Procédé

Informations sur le Café Kopi Luwak et son procédé

De la cerise à la tasse

Le café Kopi Luwak a un procédé totalement unique au monde!
Il y a normalement deux façons de cueillir le café. La première étant de façon mécanique (souvent pour les grandes multinationales) qui produit des cafés amers parce qu’elle ne fait aucune distinction entre fruits mûrs et fruits verts. Ensuite vient la méthode traditionnelle où ce sont des cueilleurs qui, à la main, récoltent un à un les fruits mûrs. Le Kopi Luwak vient ajouter une troisième méthode de “cueillette” tout à fait naturelle, de par la civette qui choisira, mieux que le cueilleur, les meilleures cerises du caféier.

Après la cueillette et un premier nettoyage des grains récoltés en mini grappes, le café Kopi Luwak se voit séché sous le soleil indonésien. Les grains sont ensuite écrasés et sous l’effet d’un mortier en bois, les grains verts apparaissent en se délestant de leur coquille protectrice. Ces grains sont plongés une autre fois dans une bassine d’eau où la sélection naturelle opère: les bons grains coulent au fond tandis que les autres restent à la surface. Les grains flottant sont alors jetés. Cette procédure se voit répétée trois fois afin de bien nettoyer les grains et enlever les restants de coquille. Il ne reste plus qu’à sécher les grains verts. Jusqu’ici, aucune intervention mécanisée, tout se fait méthodiquement à la main avec grand soin, grain par grain.

Les grains de café vert importés, nous procédons à une torréfaction « à la commande ». Une torréfaction de dernière minute nous permet alors d’assurer un maximum de fraîcheur. Prendre note qu’aucune bactérie ne peut survivre à une torréfaction de plus de 220º C. Après refroidissement, nous passons à l’étape dite de stabilisation qui consiste à laisser reposer le café fraîchement torréfié au moins 24 heures. Le temps de séchage est primordial car il permet au café de développer ses caractéristiques organoleptiques.

Finalement vient la dernière étape du procédé, l’ensachage avec des sachets spécifiquement conçus pour la conservation optimale des arômes du café. Après ouverture, il est important de conserver le café dans son emballage initial ou dans un contenant le plus hermétique possible et ce, dans le noir et au sec à température pièce.


Étape 1

Un processus naturel exceptionnel

La civette se délecte des meilleures cerises entourant les grains de café. Elles sont digérées contrairement aux grains qui eux, resteront entiers et se trouveront bonifiés par les enzymes contenus dans l’estomac de l’animal.



Étape 2

La ruée
vers l'Or

Les fermiers locaux d’une coopérative partent à la recherche des grains entiers rejetés par les civettes sauvages des forêts Balinaises. Ce sont de véritables «pépites d’or» !



Étape 3

Les grains
verts

Les grains sont décortiqués, nettoyés et séchés pour être ensuite scrupuleusement sélectionnés, grain par grain. Toutes ces opérations sont réalisées manuellement avec grand soin.



Étape 4

La
Torréfaction

Nous importons les grains verts (uniquement de civettes en liberté) 
et procédons à une torréfaction «à la commande» pour assurer un maximum de fraîcheur.